Sélectionner une page

Le phosphore est la principale cause de dégradation de la qualité de l’eau dans le monde, causant des efflorescences d’algues toxiques, une perte de biodiversité et des risques accrus pour la santé des plantes, des animaux et des humains qui entrent en contact avec des eaux polluées.

Après des décennies de ruissellement provenant de l’agriculture, des eaux usées humaines et des pratiques industrielles, le phosphore a été stocké à un rythme alarmant. L’ampleur du problème est décourageante et les humains pompent encore environ 10 millions de tonnes de phosphore supplémentaire dans les eaux douces chaque année.

Les activités de surveillance à long terme qui suivent le contrôle des sources de phosphore dans les lacs montrent que les plantes et les animaux ne se rétablissent pas avant de nombreuses années. La société doit alors prendre une décision – soit accélérer la récupération en utilisant la géo-ingénierie pour plafonner les réserves de phosphore, soit ne rien faire, et accepter des eaux douces de mauvaise qualité pour les décennies à venir.

 

La pollution au phosphore dans les eaux douces est alarmante

Avec l’introduction dans de nombreux pays d’objectifs de qualité de l’eau, le besoin d’approches telles que la géo-ingénierie pour contrôler efficacement la pollution au phosphore dans les eaux douces se fait de plus en plus pressant.

Dans la plupart des études de cas, on a utilisé des sels d’aluminium ou des ajouts de bentonite modifiée au lanthane pour contrôler le phosphore. Les réponses étaient très variables d’un cours d’eau à l’autre.

Dans certains cas, des améliorations spectaculaires et soudaines de la qualité chimique et écologique ont été signalées, dans d’autres, rien ne s’est réellement produit, ou, les réponses ont été de courtes durées. Une conclusion clé est que, bien que cette approche d’atténuation soit prometteuse lorsqu’elle est utilisée correctement, elle ne devrait pas simplement être utilisée pour compenser les effets d’un mauvais comportement environnemental.

L’organisation écologie sans frontière déclare :

L’ampleur de ce problème a conduit au développement d’un secteur dynamique de l’économie verte. Le potentiel d’effets secondaires involontaires lors de l’utilisation de nouveaux matériaux non testés est élevé. Une conclusion commune à un certain nombre d’articles était qu’il est essentiel de procéder à des évaluations complètes des lacs avant tout traitement.

 

La géo-ingénierie dans les lacs vise également d’autres problèmes environnementaux.

Les approches émergentes comprennent le contrôle des émissions de gaz à effet de serre provenant des lacs et le contrôle des cyanobactéries toxiques pour la santé humaine. Par exemple, des approches de géo-ingénierie ont été utilisées aux Jeux olympiques de Londres en 2012, aux Jeux du Commonwealth de Glasgow en 2014 ainsi qu’aux Jeux olympiques de Rio en 2016 afin d’assurer des niveaux acceptables de risque pour la santé des athlètes pendant les épreuves en eau libre.

X

Bienvenue sur Je Signe pour l'écologie. Vous pouvez nous contacter via cette page !

¤